poissons biologie et classifications

LES POISSONS

Biologie et classification

 

Définition : qu’appelle-t’on un « poisson » ?

 

  • Le terme « poisson » désigne les « chordés non tétrapodes », c'est-à-dire les animaux avec une colonne vertébrale, sans pattes et possédant des branchies.
  • La plupart des poissons possèdent des nageoires et un corps couvert d’écailles ainsi que des récepteurs sensitifs formant la ligne latérale, qui leur permet de détecter les courants faibles et les vibrations (de leurs proies).
 
 
 

Les poissons dans l’évolution des espèces 

 
  • Les ancêtres des poissons auraient évolué à partir de sortes de vers marins, les ascidies (dont la larve ressemble aux poissons primitifs) qui forment un groupe intermédiaire entre les invertébrés et les vertébrés.

Représentation de quelques fossiles d’ancêtres possibles des poissons
 
  • Les premiers poissons se distinguent donc par l’apparition d’une colonne vertébrale relativement solide qui leur permet de se déplacer dans l’eau. Ils ont du apparaître il y a 450 à 500 millions d’années.
  • Apparaissent plus tard la tête, puis la mâchoire, les branchies et enfin les nageoires qui en font une des formes de vie dominantes du milieu aquatique dès le Dévonien (il y a 400 millions d’années).

Fossile et représentation de poissons du Dévonien
 
  • A partir des poissons vont évoluer des formes primitives de tétrapodes (animaux à quatre pattes) qui vont sortir de l’eau (il y a 375 millions d’années) et donner les batraciens puis les reptiles et enfin les mammifères.
 

TiktaalikAcanthostega
Deux témoins de la transition entre poissons et tétrapodes
 
  • Aujourd'hui, il reste un poisson venu tout droit du fond des âges, véritable fossile vivant : le coelacanthe.

 
  • Aujourd'hui, il reste un poisson venu tout droit du fond des âges, véritable fossile vivant : le coelacanthe.

Fossile et exemplaires de coelacanthe
 
 

Morphologie des poissons

  • Un corps hydrodynamique et un ensemble de vertèbres et de muscles segmentés leur permet de se propulser.
  • La nageoire caudale constitue un autre élément moteur. Les autres nageoires (dorsale(s), anale(s), latérales et pectorales) jouent plus un rôle d’équilibration.
  • La nageoire caudale des poissons est dans l’axe de symétrie de l’animal contrairement aux cétacés.
 
  • La coloration des poissons est en général plus claire sur le ventre que sur le dos ce qui les rend moins visibles (du dessus, leur dos foncé se confond avec le fond sombre et du dessous, leur ventre clair se détache peu sur le ciel). D’autres ont une coloration éclatante pouvant servir de moyen de reconnaissance spécifique ou de défense vis-à-vis des prédateurs potentiels. Certains poissons peuvent changer de couleur afin de se confondre avec leur environnement.
 

La biodiversité des poissons

 
  • Les zoologistes estiment à 25 000 le nombre d'espèces de poissons (plus de la moitié des espèces connues de vertébrés). De nouvelles espèces de poissons continuent à être découvertes à un rythme rapide.
 
    • Le plus gros poisson est le requin-baleine. Il peut atteindre 13 m, pour un poids estimé à 40 t. Le plus gros poisson d’eau douce est l’Arapaïma d’Amazonie.
 
    • Le plus petit est un cyprinidé d’Indonésie qui mesure moins de 10 mm à l'âge adulte.
 
  • Le plus rapide est le voilier capable de pousser des pointes à 110 km/h.
 
    • Des prédateurs redoutables :
      • 3000 dents pour le requin, en plusieurs rangées et qui se renouvellent en permanence.
      • 700 dents pour le brochet, toutes dirigées vers l’arrière.
 
  • Des maîtres du camouflage :
  • Des adaptations remarquables :
    • La thermorégulation des thonidés leur permet de nager vite pendant longtemps (des milliers de km) mais aussi de plonger jusqu’à 1000 m de profondeur à la recherche de nourriture.
    • Les monstres des abysses :
      (que l’on trouve jusqu’à 7500 m)
Pour vivre dans des eaux à -2°C, leur corps contient un antigel.
Certains attirent leurs proies avec des organes lumineux.

 

L’habitat des poissons
  • Les poissons sont présents dans pratiquement toutes les eaux de la planète : des sources des rivières (comme le goujon) aux plus profonds des océans (comme le grenadier).
  • On distingue les poissons d’eau douce des poissons marins côtiers, pélagiques, démersaux ou abyssaux.
 
 

Les poissons migrateurs

    • Certains poissons sont capables de parcourir des miliers de km pour se reproduire ou se nourrir. Parfois, la migration incluse un séjour en eau douce.
      • Espèces migratoires uniquement marines : les thons
 
      • Espèces anadromes (se reproduisant en eau douce) : le saumon, l’esturgeon
 
    • Espèces catadromes (se reproduisant en mer) : l’anguille
 
 

Importance des poissons

 
  • Les poissons occupent une place importante dans les écosystèmes marins et aquacoles.
  • Ils ont un rôle fondamental pour l’homme car il représentent un part importante de sa nourriture avec des apports de protéines et d’acides gras (oméga 3).
  • Ils sont donc exploités commercialement mais aussi à des fins récréatives.
 
 

Classification des poissons 

 
    • Les agnathes, poissons primitifs sans mâchoires :
      • Les myxines
      • Les lamproies
 
    • Les chondrichtyens ou poissons cartilagineux :
      • Les chimères
      • Les requins
 
    • Les chondrichtyens ou poissons cartilagineux (suite) :
      • Les raies
 
 
    • Les ostéichthyens ou poissons osseux :
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau