les carnassiers

Le black-bass

Le black-bass (Micropterus spp.

 

  • Morphologie
    • On distingue deux espèces : le black-bass à petite bouche (M. dolomieu) et le black-bass à grande bouche (M. salmoides).
    • Carnassier de taille moyenne.
    • Dos vert foncé, flanc décoré de marques sombres.
    • Originaire des Etats-Unis.

 

Le black-bass à grande bouche est le mieux implanté en France. C'est aussi le plus grand.
Le black-bass à grande bouche a le dos vert foncé et le ventre blanc et porte des marques en vagues sombres sur les flancs. Sa bouche s'ouvre jusqu'à l'oeil. Son dos est orné d'une dorsale faite de deux groupes de rayons.
Le black-bass à petite bouche (aussi appelé achigan) a une peau relativement claire et des flancs décorés de marques verticales.
  Black-bass à petite bouche Black-bass à grande bouche
Poids maximum : 5 kg 5 kg (10 kg aux Etats-Unis)
Longueur maximale : 40 cm 60 cm (90 cm aux Etats-Unis)
Durée de vie : 15 ans 10-15 ans

Les deux espèces ont été introduites à la fin du XIXe siècle.
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Vit en rivière, sur des fonds de graviers où il trouve insectes et crustacés.
    • Le black-bass à grande bouche aime les eaux encombrés (herbiers, nénuphars).
    • Prédateur acharné du poisson-chat, il se nourrit aussi de crustacés, de petits poissons et d'insectes.
images-1.jpg
Les black-bass se tiennent souvent à l’affut à proximité de la surface.
 

sa pêche 

 
  • Matériel (pêche au leurre, au vif ou au buldo)
    • Un lancer léger de 2 à 2,6 m, corps de ligne en 20 à 25/100.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Leurres de surface : petite cuiller ou petit poisson-nageur, leurres souples imitant alevin, grenouille ou écrevisse,
    • Leurres spéciaux : poppers,
    • Mouches et streamers,
    • Sauterelle.
 
Amateur de petits poissons, le black-bass se pêche aussi bien au vif, qu'au mort manié ou au leurre.
En été, lorsque les rivages sont très fréquentés, il est préférable de le pêcher en bateau, sinon le soir.
Le black-bass demande une approche très discrète et il faut lancer le leurre à au moins 5 mètres du poisson puis récupérer par à coups.
Taille minimale de 30 cm (voir 35 cm dans certains départements) dans les eaux de 2e catégorie.
 

Le brochet

Le brochet (Esox lucius

 

  • Morphologie
    • Carnassier de grande taille pouvant atteindre le m.
    • Corps allongé, légèrement aplati latéralement, dos vert brun, flancs plus clairs, tachetés ou marbrés, ventre blanc à jaunâtre.
    • Nageoire dorsale placée très en arrière et la bouche supère, en bec de canard, avec une fente buccale atteignant l'oeil.
La mâchoire inférieure munie de longues canines fixes, la mâchoire supérieure et le palais sont couverts de nombreuses (plus de 700) dents en partie mobiles.
Les femelles peuvent atteindre une taille plus importante que les mâles.
Poids maximum : 20 kg
Longueur maximale : 1,27 m
Durée de vie : 10 à 15 ans (femelle 20 ans)
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Vit le long des rives riches en végétation des lacs et cours d’eau lents, mais aussi à une plus grande profondeur en pleine eau.
    • Se nourrit de poissons (y compris de jeunes de son espèce), d’invertébrés aquatiques, d’amphibiens voire d’oiseaux d’eau de petite taille.
Le brochet est en général un poisson de rive sédentaire, qui se reproduit de mars à avril dans les roseaux ou les prés à litière submergés.
Les jeunes se nourrissent de petits crustacés durant le premier mois (jusqu’à une longueur de 5 cm), puis passent à un régime piscivore.
Le cannibalisme permet à la population de brochet de se réguler lorsque le nombre de prédateurs devient trop important par rapport à la quantité de proies.
Les brochets ont une croissance très rapide et peuvent atteindre une longueur de 50 cm après seulement 7 mois à une température moyenne de 19° C.
 

sa pêche 

    • Matériel (pêche à rôder ou au vif)
      • Un lancer de 1,8 à 2,6 m pour la pêche au leurre, un lancer de 3 à 4 m pour la pêche au vif ou au poisson mort manié, corps de ligne en 30 à 35/100, bas de ligne en acier.
    • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Cuillers, poisson-nageurs, leurres souples,
    • Poisson mort manié,
    • Vifs : goujon, gardon, vandoise, ablette, carpillon, ...
dscn3039-1.jpg
 
Le brochet est l’un des poissons préférés des pêcheurs, qui le recherchent généralement au lancer ou au vif. Certains spécialistes le pêchent aussi à la mouche avec de grands streamers.
Taille minimale de 50 cm dans les eaux de 2e catégorie.

L'omble

L'omble (Salvelinus spp.)

  • Morphologie
    • On distingue deux espèces : l'omble chevalier (S. alpinus) et l'omble (ou saumon) fontaine (S. fontinalis).
    • Carnassier de longueur moyenne (30-40 cm).
    • Corps en forme de torpille, bouche largement fendue, présence d'une nageoire adipeuse entre les nageoires dorsale et caudale.

 

L'omble chevalier a une coloration très variable selon l'âge et le milieu : dos vert gris, vert bleu ou brunâtre; flancs plus clairs, avec des points ronds, clairs; ventre blanchâtre à jaunâtre, devenant rouge ou orange durant le frai. Le bord antérieur des nageoires paires et de la nageoire anale est blanc lumineux.
L'omble fontaine a la nageoire caudale légèrement échancrée, le dos brun olive, la nageoire dorsale marbrée de jaunâtre et les flancs ponctués de points rouges bordés de clair et de points jaunes ; les nageoires de la face ventrale sont rougeâtres, avec le bord antérieur blanc et noir; le ventre est jaune à rougeâtre.
Omble chevalier Omble fontaine  
Poids maximum : 5 kg 5 kg (1,5 kg en moyenne)
Longueur maximale : 45 cm 50 cm
Durée de vie : 5 ans 5 ans

Ces espèces originaires de la partie orientale de l'Amérique du Nord ont été introduite dès 1880 en Europe.
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Poissons sédentaires et territoriaux qui affectionnent les eaux froides et vives.
    • L'omble chevalier est répandu, avec de nombreuses formes locales, dans les lacs froids, profonds et bien oxygénés.
    • Se nourrit de vers, de petits crustacés, de larves d'insectes, d'insectes terrestres, de mollusques et, avec l'âge, d'alevins.
 

sa pêche 

    • Matériel (pêche à la mouche ou à la ligne de fond pour l’omble chevalier)
      • Une canne de 1,8 à 2,6 m pour la pêche à la mouche, une soie de 1 à 3 ; une canne spéciale pour pêcher à travers la glace.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Mouche, streamers ; vifs ou poissons morts : goujon, vairon ; ver, teigne, sauterelle.
Les saumons de fontaine ne sont généralement pas recherchés systématiquement, mais capturés par accident en pêchant la truite de rivière.
Les ombles chevaliers peuvent être pêchés en été à la ligne de fond avec des teignes ou des poissons morts, ou à la gambe (montage comprenant une série de leurres) depuis un bateau. En hiver, la pêche à travers la glace (à la dandine ou posé) est une méthode particulièrement efficace.
Pour les deux espèces, taille minimale de 23 cm (pouvant être portée à 18, 20 ou 25 cm selon les départements sur arrêté préfectoral).

L’ombre

L’ombre (Thymallus thymallus

 

  • Morphologie
    • Carnassier de taille moyenne (30-40 cm).
    • Grande dorsale drapée de pourpre. Bouche petite et peu fendue ; nageoire caudale profondément échancrée.
    • Dos vert gris, flancs plus clairs avec des points noirs épars, bordés de clair; ventre blanchâtre à jaunâtre devenant doré pendant la période de reproduction.
 
Début de la nageoire dorsale loin devant le point de départ des nageoires pelviennes. Mâchoire supérieure proéminente.
La coloration variable suivant l'âge et le milieu.
Poids maximum : 2 Kg (0,5 à 1kg)
Taille maximale : 50 cm (moyenne 30 à 40 cm)
Durée de vie : 6 ans
 

ses moeurs

  • Ecologie
    • Présent dans les grandes rivières bien oxygénées, à fond de gravier («zone à ombre» des cours d'eau).
    • Poisson vivant en bandes.
    • Se nourrit de vers, de mollusques, de larves d'insectes, d'insectes terrestres, parfois d'oeufs de poissons.

sa pêche 

 
  • Matériel (pêche à la mouche ou au toc)
    • Une canne de 1,8 à 2,6 m pour la pêche à la mouche, une soie de 1 à 3.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Mouches sèches, noyées ou nymphes,
    • Nymphes, vers de farine, vers de fumiers, larves de phryganes.

La perche

La perche (Perca fluviatilis

 

  • Morphologie
    • Carnassier de petite taille (15-30 cm)
    • Deux nageoires dorsales, la première avec une tache noire sur le bord postérieur. Opercule terminé par une forte pointe.
    • Dos gris foncé à bleuâtre ou vert olive; ventre plus clair. Flancs avec 6-9 raies verticales bifurquées ou non. Nageoires ventrales et anale rougeâtres.
Corps plus ou moins haut selon l'habitat, recouvert de petites écailles.
Les mâles sont vivement colorés.
Poids maximum : 3,5 kg (2 à 3kg)
Longueur maximale : 50 cm (20 à 35 cm)
Durée de vie : 15 à 20 ans
 

ses moeurs

  • Ecologie
    • Poisson sédentaire vivant de préférence dans l'eau claire, sans courants violents, avec un fond dur.
    • Les jeunes vivent en bancs, les individus âgés sont souvent solitaires.
    • Vorace, la perche se nourrit principalement de petits poissons, de vers et de crustacés.

sa pêche 

  • Matériel (pêche aux leurres, à la gambe ou à la dandine)
    • Une canne de 1,8 à 2,6 m, corps de ligne en 20 à 25/100.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Petite cuiller ou petit poisson-nageur, leurres souples imitant alevin, poisson d’étain, vers.
    • 2012-09-27-14-34-46.jpg
      La perche se pêche de toutes les manières possibles et imaginables. Il n’existe sans doute pas d’appât avec lequel on n’est pas encore parvenu à faire mordre une perche. La plupart des captures sont cependant réalisées avec une gambe (montage comprenant une série de leurres), des petites cuillers, des vers ou des vifs.

Le sandre

Le sandre (Sander lucioperca

 

  • Morphologie
    • Carnassier de bonne taille (40-70 cm).
    • Corps fuselé ; mâchoires fortement dentées avec de grandes canines.
    • Dos et flancs verdâtres à gris, 8-10 bandes transversales foncées, face ventrale blanchâtre ; nageoires dorsales avec rangées de points foncés (à la différence de la perche) ; nageoire caudale avec petites taches noires.

 

Le nom latin lucioperca signifie littéralement « brochet-perche » (lucio, brochet ; perca, perche). Il est aussi référé sous le genre Stizostedion lucioperca.
Nageoires ventrales insérées très en avant.
Poids maximum : 18 kg (10 à 15 kg)
Longueur maximale : 1,20 m (40 à 70 cm)
Durée de vie : 20 ans
Le sandre est originaire d'Europe centrale et orientale (bassin du Danube).
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Préfère les eaux relativement chaudes et troubles en été des grands fleuves, des retenues de barrage et des lacs.
    • Se nourrit de poissons (y compris de jeunes de son espèce), d'invertébrés aquatiques et d'amphibiens.
Le sandre est un prédateur de pleine eau typique. Il passe le plus clair de la journée en profondeur et ne monte à la surface qu’au crépuscule et de nuit, qui sont ses moments de chasse.

sa pêche 

  • Matériel (pêche au leurre, au poisson mort manié ou posé)
    • Un lancer de 1,8 à 2,6 m pour la pêche au leurre, un lancer de 3 à 4 m pour la pêche au vif ou au poisson mort manié ou posé, corps de ligne en 30 à 35/100, bas de ligne en acier.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Cuillers, poisson-nageurs, leurres souples, poisson mort manié ou posé.
Taille minimale de 40 cm dans les eaux de 2e catégorie.

Le saumon

Le saumon (Salmo spp.

 

  • Morphologie
    • Plusieurs espèces : en France, seul le saumon de l'Atlantique (Salmo salar) est présent.
    • Poisson de bonne taille (50-70 cm).
    • Robe argentée pour les adultes.
Le saumon mâle à la période du frai peut également se distinguer de la femelle par sa mâchoire inférieure en forme de crochet.
Pour désigner les différents états et âges du saumon on emploi plusieurs termes : saumon d'hiver, saumon de printemps, bécard, ravalé, charognard.
Poids maximum : 20 kg
Longueur maximale : 1,20 m
Durée de vie : 6 à 8 ans
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Poisson anadrome qui grandit en mer et revient se reproduire dans sa rivière natale.
    • Se nourrit d'insectes, de crustacés, d'invertébrés benthiques quand il est jeune puis de petits poissons et de crevettes à l'âge adulte.
 

sa pêche 

    • La pêche du saumon est interdite pratiquement partout en France du fait de la quasi disparition. On le trouve dans certaines rivières de Bretagne et des Pyrénées.
    • Matériel (pêche à la mouche / no kill)
      • Une canne de 1,8 à 2,6 m avec une soie de 3 à 8.
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Mouches noyées, nymphes.
    • La pêche du saumon est interdite pratiquement partout en France du fait de la disparition de l'espèce sur l'ensemble du territoire français due à la destruction de l'habitat du saumon, par pollution de l'eau, envasement des frayères (manque de débit des rivières) et à la construction systématique de barrages, notamment sur les bassins hydrographiques de l'Yonne, de la Loire et de l'Allier.
      Au début du XXe siècle, le saumon était si abondant en France, que les employés des grandes villes réclamaient, sur leur contrats de travail, une clause précisant qu'il était interdit de leur servir du saumon plus de trois fois par semaine !
      On peut encore le pêcher en Grande Bretagne, Irlande ou au Canada.

La truite (Oncorhynchus et Salmo spp.

 

  • Morphologie
    • Plusieurs espèces : truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) et truite fario (Salmo trutta fario) sont les plus féquentes.
    • Carnassiers de taille moyenne (30-50 cm).
    • Corps en forme de torpille, museau arrondi.
    • Dos vert gris à bleuâtre, flancs plus clairs, généralement avec une bande longitudinale irisée; tête, corps, nageoires dorsale, adipeuse et caudale densément parsemés de points noirs, ventre blanchâtre.
 
On trouve aussi en France la truite de lac (Salmo trutta lacustris).
La coloration de la truite fario est très variable suivant l’âge et le milieu. Les jeunes individus peuvent avoir avec 6-9 bandes transversales foncées.
Poids maximum : 5 kg (1-3 kg)
Longueur maximale : 70-90 cm (50-60 cm)
Durée de vie : 4 à 6 ans (jusqu'à 10 ans en lac).
 

ses moeurs 

  • Ecologie
    • Bien que présentes dans certains lacs de montagne, les truites préférent l’eau fraîche et oxygénée de la partie amont des rivières. La truite fario est sédentaire et territoriale, la truite arc-en-ciel s’acclimate très bien à l’élevage.
    • La truite arc-en-ciel est moins exigeante que la truite fario.
    • Se nourrissent de petits organismes de toute sorte comme les larves d'insectes, petits crustacés et insectes volants jusqu'aux petits poissons.
 
Les truites de rivière âgées occupent un territoire, qu’elles défendent contre les intrus.
La truite arc-en-ciel actuellement distribuée en Europe est un poisson d’élevage issu de l’hybridation de deux espèces différentes, introduites au siècle passé.
Moins sensible que la truite de rivière en ce qui concerne le taux d’oxygène, la température et la qualité de l’eau. Elle a aussi des exigences moins élevées envers la morphologie des eaux.
Leur croissance est rapide et fortement dépendante du milieu, de l’offre en nourriture et des températures de l’eau.
 

sa pêche 

 
    • Matériel (pêche à la mouche ou au toc)
      • Une canne de 1,8 à 2,6 m pour la pêche à la mouche, une soie de 1 à 4.
 
  • Leurres (ou esches) à privilégier
    • Mouches sèches, noyées ou nymphes,
    • Nymphes, teignes, vers de farine, vers de fumiers, larves de phryganes.

 

    • Pour les truites autres que la truite de mer, taille minimale de 23 cm (pouvant être portée à 18, 20 ou 25 cm selon les départements sur arrêté préfectoral).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/02/2016