A la peche du blanc

LA PECHE DES POISSONS BLANCS

Une pêche plutôt statique

La pêche au coup : définition

  • Egalement appelée pêche à la canne.
  • Sans doute la technique de pêche la plus pratiquée et celle par laquelle beaucoup de pêcheurs ont débutés.
  • C’est une pêche statique, pratiquée sur une zone préparée par un amorçage préalable afin de regrouper les poissons sur le coup (d’où son nom).

dscn3387.jpg

La pêche au coup : le matériel 1/2

  • Un matériel simple et peu coûteux pour débuter : une canne télescopique (3 à 6 m) et une ligne.

proton.jpg

 
  • Des accessoires indispensables :
    • Une épuisette
    • Un dégorgeoir
    • Une bourriche

La pêche au coup : le matériel 2/2

 

    • Et pour les pêcheurs plus expérimentés : la canne à emmanchement (7 à 12 m).



 

 

 

 

  • Avec quelques accessoires supplé- mentaires :
    • un siège de pêche,
    • un rouleau,
    • un ou plusieurs kits de rechange.
dscn3388.jpgdsc05543-3db3147.jpg
La canne à emmanchement (également appelée à déboîter) se pratique généralement avec une bannière courte qui permet de positionner sa ligne à un endroit précis et de ferrer rapidement. Une fois le poisson ferré, le pêcheur ramène la canne en arrière (il utilise alors un rouleau derrière lui) et déboîte les 2 ou 3 derniers éléments (qui compose un kit) pour travailler le poisson et le ramener. Le pêcheur peut avoir plusieurs kits de prêts pour changer rapidement de montage.
Ce type de pêche est préféré dans les concours.
 

La pêche au coup : la ligne 1/2

 
  • La ligne se compose :
    • le corps de ligne,
    • le flotteur,
    • la plombée,
    • ...
 
 
 
Le choix du flotteur (forme et taille) dépend principalement du type de pêche et de la force ou l’absence de courant mais aussi des goûts du pêcheur. La longueur de fil entre la canne et le flotteur est appelée bannière.
L’étalement ou le rassemblement de la plombée dépend de la vitesse à laquelle on veut que l’esche atteigne la profondeur voulue et de la force ou l’absence de courant. En ne serrant pas trop les plombs lors du montage, il est possible de régler son étalement et sa position.
La profondeur voulue est obtenue par le positionnement du flotteur. On utilise souvent une sonde pour mesurer la profondeur d’un coup.
 

La pêche au coup : la ligne 2/2

      • ...
 
    • le bas de ligne (plus fin),
    • le plomb de touche,
    • l’hameçon.
hamecon-monte-coup-water-queen-cristal-bleu-sans-ardillon.jpg
 
Le bas de ligne doit être moins résistant que le corps de ligne pour éviter de casser trop haut et de perdre flotteur et plombée.
La taille (et la forme) de l’hameçon dépend de la taille du poisson recherchée mais aussi du type d’esche utilisée.
Les hameçons peuvent s’acheter déjà montés mais il n’est pas très difficile de les monter soi-même.
Sur le bas de ligne, on pince généralement un petit plomb appelé “plomb de touche” car son mouvement créé par la prise de l’esche par le poisson fera bouger le flotteur indiquant au pêcheur sa plongée imminente lorsque le poisson partira avec l’esche dans la bouche.
L’ensemble s’appelle un montage.
 

La pêche à l’anglaise

  • Cette technique cousine de la pêche au coup, où l’on utilise une canne de 3,6 à 4 m munie d’un moulinet et d’une douzaine d’anneaux.
  • Le montage de la pêche à l’anglaise est un peu différent dans la mesure où le flotteur, appelé « waggler », n’est fixé à la ligne que par sa base, entre deux petits plombs.

 

600835-4782640565039-155298951-n.jpg

 
Comme la pêche au coup, c’est une pêche statique, pratiquée sur une zone préparée par un amorçage.
La technique de la pêche à l’anglaise utilisant une canne avec un moulinet, elle permet de pêcher plus loin du bord. Le fil étant entièrement sous l’eau (il n’y a pas de bannière), il est aussi possible de pêcher dans des conditions météorologiques moins bonnes.
 

la pêche au quiver-tip ou au feeder

 
  • La pêche au feeder consiste à utiliser, en amont de l’hameçon, une petite cage remplie d’amorce et de quelques esches afin de réaliser un amorçage précis. Cette technique est particulièrement utile en rivière où les boules d’amorce sont rapidement délitées par le courant. En général, une canne de 3,6 à 4 m munie d’un moulinet et d’une douzaine d’anneaux est utilisée.
 

La pêche à la plombée : définition

  • Lorsque le poisson est loin du bord, on utilise une canne à anneaux de 2 à 4 m (selon le poisson recherché) muni d’un moulinet.
  • Un plombage lourd (30 à 80 g) permet de lancer l’esche là où l’on pense que le poisson se trouve.
  • Il est possible d’amorcer le coup.

L’amorçage, qui n’est pas obligatoire, peut se faire à l’aide d’un lance-pierre ou d’une fronde. Il faut cependant être précis pour ne pas trop disperser le poisson.
Il est possible d’utiliser un flotteur au lancer. Celui-ci est bien sur plus gros.

La pêche à la plombée : les montages

  • Les montages classiques :
    • 1) Avec un plomb olive
      + hameçon simple ou triple
    • 2) Avec bouchon et plomb olive
      + hameçon simple ou triple
  • Le montage pour la carpe :
    • 3) Avec tube anti-emmêlement + plomb
      + hameçon simple avec cheveu
Grâce au cheveu, la carpe ne sent pas l’hameçon lorsqu’elle gobe l’esche craintivement.
 

La pêche à la carpe à la plombée

 
    • La pêche de la carpe à la plombée est devenue une pratique de passionnés qui restent de nombreuses heures à attendre des départs souvent puissants.
 
    • Elles se pratique avec des cannes à anneaux de 3,6 à 4 m.
 
  • Des indicateurs de touche sont souvent utilisés.
dscn2458.jpg
 

L’amorçage 

  • Les ingrédients
 
  • La chapelure (base de toutes les amorces) et la terre de Somme.
  • Les produits collantes (pour tenir l’amorce) : la farine de biscuit, le gluten de maïs, le PV1, le pain d’épice, la farine de citrouille, ...
  • Les produits dispersants (pour faire travailler l’amorce) : la semoule de maïs, le jaune de Hollande, le coprah (indispensable pour les gardons), ...
  • Les produits odorants : le chenevis moulu, le coriandre moulu, l’épicéine, la vanille, la farine de fenouil, ...
  • Les produits assombrissant : le coco belge.
375029-4782610524288-823881938-n.jpg
 
Suivant le type de poisson et le type d’amorce que l’on recherche, on utilisera les uns ou les autres de ces ingrédients.
On distingue plusieurs types de chapelure : rousse (qu’à partir de croute), blonde ou blanche (qu’à partir de mie).
Il faut bien mélanger les farines entre elles dans un grand bac avant de commencer à ajouter de l'eau en plusieurs fois. La laisser ensuite reposer une demi-heure pour qu'elle puisse bien travailler, puis brasser énergiquement pour que toute l'amorce soit mouillée. C’est à ce moment qu’il faut ajouter la terre de Somme.
Il faut ensuite éliminer les grumeaux à l’aide d’un tamis à maille fine ou moyenne pour toutes les pêches de petits poissons, afin de ne pas les gaver. L'amorce ainsi préparée permet une bonne répartition des esches incorporées dans le mélange.
 
  • En début de partie, on procède à un amorcage d’appel pour former une zone de concentration du poisson.
  • En cours de partie, on procède à des amorcages de rappel avec éventuellement des égrenages.
 
Lorsque c’est possible, de nombreux pêcheurs font des amorcages réguliers pendant plusieurs jours avant leur partie de pêche pour accoutumer le poisson.
 

Quelques esches animales 

 
  • L'asticot (larve de mouche)
    • C'est l'esche la plus utilisée avec le ver. Il peut se présenter sous différentes couleurs (blancs, jaunes, roses).


 

 


 

  • Le caster
    • Lorsque l'asticot entame sa mue, il se transforme en caster que l'on peut utiliser dans l'amorce.


 

 
  • Le ver de terre
    • Facile à trouver dans les jardins.

 

 


 

  • Le ver de vase
    • Plus difficile à obtenir c'est une excellente esche.

 

  • Le porte-bois (larve de phrygane)
    • On la trouve au fond des ruisseaux dans sa coque de petit débris agglomérés.

 

 

 

  • Le ver de farine (larve du ténébrion)
    • Très facile à élever et commercialisé comme nourriture pour animaux.

 

 

 

  • La sauterelle
    • On peut utiliser l'insecte entier ou seule-ment son abdomen (aussi appelé cul de sauterelle). Le plus dur est de les attraper!

 

 

 

  • La fourmi ailée
    • Il faut attendre l'essaimage de fourmis au début de l'été pour se procurer cette esche très appréciée des petits poissons.

Quelques esches végétales

 
  • Le chenevis
    • Cette graine de chanvre attire les gardons par son odeur très spécifique.

 

 

 

 

  • Le blé
    • Facile à préparer, le blé est une esche appréciée des cyprinidés. Ecrasé, il peut aussi être utilisé pour faire des boullettes.

 

 

 

  • Le maïs
    • Convient particulièrement pour la pêche de la carpe, mais est aussi apprécié par le poisson-chat.

 

 

 

  • Le pain (surtout la mie)
    • Aussi efficace pour l'ablette que pour la carpe.
 

Quelques autres esches pour la carpe

 
  • La pomme de terre
    • Un classique. La cuire avec un morceau de sucre ou du miel.

 

 

 

  • Les bouillettes
    • Il en existe de toutes sortes, chacun pouvant les préparer soi même avec différents ingrédients.

 

 

 

 

  • Les pellets
    • Ce sont des granulés utilisés par les pisciculteurs.

 

 

 

  • La noix tigrée
    • Ce rhizome (comme la pomme de terre) est assez difficile à préparer mais terriblement efficace.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau